À propos

Bonjour à tous,

Je vous souhaite bienvenue sur ma page web. Je me nomme Keven Moreau. Je suis membre de l’Ordre professionnel des psychoéducateurs et psychoéducatrices du Québec (OPPQ). Au cours de ma carrière, j’ai eu la chance d’accompagner diverses clientèles. Je remercie chacun de ces clients qui m’ont permis de me développer autant sur le plan professionnel que personnel. Mon objectif n’est pas de changer la vie de mes clients mais bien de faire une différence dans leur vie. Le métier de psychoéducateur est pour moi le plus beau métier au monde. Au plaisir de vous accompagner à surmonter vos défis.

Psychoéducation

Qu’est-ce que le métier du psychoéducateur?

Le métier d’un psychoéducateur est d’accompagner les personnes aux prises avec des difficultés d’adaptation se manifestant sur le plan comportemental, émotionnel ou relationnel dans leurs différents milieux de vie. Mon accompagnement se centre sur les besoins du client dans une approche collaborative. Je crois en la prémisse que les clients sont experts de leurs vies et par le fait même, porteur des solutions pour surmonter leurs difficultés. Ils ont simplement besoin d’accompagnement afin de se remémorer ce qu’ils font de bien.

Est-ce le bon service pour mon enfant? Les bonnes questions à se poser.

  • Est-ce que mon enfant a besoin d’outil pour mieux gérer ses émotions ou rehausser sa confiance en soi?
  • Est-ce que mon enfant a besoin d’outil pour développer son autonomie ou ses habiletés sociales?
  • Est-ce que j’ai besoin d’aide pour comprendre les comportements de mon enfant ?
  • Est-ce que j’ai besoin d’outil concret pour mieux accompagner mon enfant à surmonter ses défis?
  • Est-ce que mon enfant a besoin d’un psychoéducateur qui offre un support à la garderie ou à l’école?
  • Est-ce que j’ai besoin d’aide pour rétablir l’harmonie dans notre vie familiale?

Exemples de défis que l’on retrouve chez la clientèle

L’anxiété est un état d’appréhension, de tension ou de malaise qui provient de l’anticipation d’un danger, dont la source n’est pas toujours reconnue consciemment. En d’autres termes, l’anxiété est un signal, une réaction à un danger réel ou imaginé. Par exemple, il arrive parfois qu’un enfant réagisse de façon exagérée devant l’inconnu ou la nouveauté. Pour d’autres enfants, des attitudes qui vous semblaient au départ des manifestations d’opposition pourraient s’avérer des manières d’éviter des situations anxiogènes. Il est donc important d’outiller les enfants afin de les aider à mieux communiquer leurs besoins et gérer leur anxiété.

L’anxiété de performance fait référence à la peur de l’enfant de commettre des erreurs en situation de performance et d’évaluation. Cette peur faire vivre beaucoup d’inconfort à l’enfant. Par exemple, certains enfants se dévaloriseront suite à une erreur commise ou figeront devant l’activité à effectuer. D’autres enfants chercheront à tout prix à éviter de se rendre à l’école la journée d’un examen en se plaignant de maux de ventre. Il est important d’outiller les enfants afin de les aider à mieux communiquer leurs besoins et gérer l’anxiété de performance.

L’autonomie permet à un enfant de se débrouiller au quotidien, de devenir de plus en plus indépendant et de pouvoir prendre ses propres décisions. Cependant, il n’est pas rare que des enfants éprouveront de la difficulté à se planifier et être autonome dans les routines ou tâches demandées. Ce phénomène peut se produire tant à l’école qu’à la maison. Face à constat, certains parents auront tendance à répéter ou faire constamment des rappels à l’enfant pour l’amener à accomplir l’action demandée. Pour d’autres cas, la faible autonomie de l’enfant peut engendrer des conflits au sein la relation avec l’enfant. Par conséquent, il est important de fournir des outils et moyens concrets à l’enfant et le supporter dans le développement de son autonomie dans les différentes sphères de sa vie.

Les relations entre frères et sœurs ne riment pas toujours avec harmonie. Il n’est pas rare que les parents consultent pour les rivalités ou conflits au sein de la fratrie. On ne sait pas toujours comment améliorer les relations entre eux. Dans certains cas, cette tension est simplement liée à la personnalité des enfants. D’autres fois, l’enjeu concerne l’amour et l’attention des parents. Par exemple, un enfant a l’impression qu’on l’aime moins ou qu’on le privilégie moins que son frère ou sa sœur. Quelle que soit la source de cette discorde, il faut essayer de l’identifier et accompagner les enfants pour qu’ils soient capables de s’entendre.

Les enfants qui sont souvent aux prises avec des difficultés émotionnelles, relationnelles et comportementales peuvent mettre la patience de l’adulte à l’épreuve. Plusieurs comportements et styles d’interactions peuvent fait vivre des émotions chez l’adulte et l’enfant qui sont difficiles à gérer. Certains parents vivent de colère, culpabilité ou de la honte. Pour d’autres, cela les amènera à vivre un sentiment de compétence diminué. De ce fait, la relation entre le parent et l’enfant en est généralement affecté. Il n’est pas rare que cette relation difficile génère de nouvelles difficultés et enjeux chez l’enfant. Les parents ont souvent besoin d’outil afin d’avoir une meilleure compréhension des comportements de leur enfant. Cela leur permet de mieux accompagner leur enfant selon ses besoins et de reconstruire la relation pas à pas.

L’estime de soi correspond à l’image qu’un enfant à de lui-même. C’est la conscience de sa valeur personnelle, ses forces et ses limites et, donc, avoir une vision réaliste de soi-même. Cependant, il est important de comprendre que l’estime correspond à un travail d’une vie. Elle se construit avec l’entraînement et l’expérience. Pourtant, certains enfants ont tendance à se dévaloriser ou décourager rapidement puisque tous leurs semble insurmontable. Par exemple, ils peuvent s’attribuer des phrases dévalorisantes et ne pas croire en leurs moyens quand ils vivent des difficultés. D’autres peuvent simplement éviter toute situation où ils risqueraient de vivre un échec. De ce fait, il est important de comprendre les causes cette perception négative d’eux-mêmes et les outiller pour rehausser leur sentiment de compétence personnelle.

Certains enfants peuvent être particulièrement inefficaces dans leur façon de communiquer leurs émotions, désirs et besoins. Leurs émotions et expériences internes sont plus souvent exprimées par des comportements ou crises plutôt que par des mots. Les déclencheurs peuvent parfois être multiples ce qui rend difficile d’en comprendre la raison. Certains comportements ou crises sont toutefois des façades qui cachent des besoins non répondus ou des émotions reliés à des enjeux qui ne sont pas toujours tangible. Des outils concrets peuvent permettre aux parents et enfants d’apprendre à mieux gérer ce type de situation. Il est également important de fournir à l’enfant des moyens pour mieux gérer ses émotions.

La socialisation chez l’enfant est au cœur même de la construction de son identité, laquelle s’élabore, se bonifie et se raffine toute la vie durant. Lorsqu’un enfant découvre qu’il est capable de socialiser, de régler des conflits et d’apprendre de nouvelles choses, il est heureux, car il se sent fier et confiant. Dans chaque famille et chaque milieu éducatif, il existe des conflits et des chicanes. Par exemple, les crises sont pour les enfants une façon d’exprimer des besoins ou s’affirmer. Parfois, il s’agit d’un comportement d’autoprotection devant la frustration. De ce fait, il arrive que certains enfants éprouvent de la difficulté à s’affirmer adéquatement ou résoudre pacifiquement leurs conflits. Pour d’autres enfants, ils auront de la difficulté à s’intégrer à un groupe ou se faire des amis. Les enfants ont besoin d’outils et d’adulte pour les accompagner à développer leurs habiletés sociales.

La garderie ou l’école est une source de motivation positive pour plusieurs enfants. Cependant, cette affirmation n’est pas véridique pour tous. Certains enfants éprouvent des difficultés d’apprentissages qui minent leur confiance en soi. Pour d’autres enfants, la relation avec son éducatrice ou le personnel scolaire est plus difficile. Ces types de scénarios engendrent toute sorte de défis tant à la maison qu’à l’école. Face à ce constat, les parents se sentent souvent dépassés et impuissants, ne sachant pas comment accompagner leur enfant. Le support d’un psychoéducateur peut vous aider à saisir les besoins de l’enfant en termes d’accompagnement en CPE ou milieu scolaire. Le psychoéducateur peut également aider les parents à développer un partenariat avec l’établissement que l’enfant fréquente. Il est important de favoriser une lecture commune des besoins de l’enfant et travailler tous ensemble pour mieux accompagner l’enfant à surmonter ses défis quotidiens.

Il faut d’abord savoir que l’opposition est une phase normale, saine et même souhaitable dans le développement d’un enfant. Il s’agit d’une façon de lui permettre d’affirmer son individualité. Cette phase doit cependant s’estomper et l’enfant doit revenir en harmonie avec ses parents. Cette harmonisation doit se faire par une approche des deux côtés. Les parents doivent reconnaître l’individualité de leur enfant et l’enfant quant à lui doit réaliser que ses parents lui imposent un cadre qui doit être maintenu, et ce, pour sa propre sécurité. Cette recherche d’équilibre est souvent difficile à établir. De ce fait, il est important de comprendre la fonction de l’opposition chez l’enfant et outiller les parents afin de rétablir une relation harmonieuse à la maison.

L’anxiété est un état d’appréhension, de tension ou de malaise qui provient de l’anticipation d’un danger, dont la source n’est pas toujours reconnue consciemment. En d’autres termes, l’anxiété est un signal, une réaction à un danger réel ou imaginé. Par exemple, il arrive parfois qu’un enfant réagisse de façon exagérée devant l’inconnu ou la nouveauté. Pour d’autres enfants, des attitudes qui vous semblaient au départ des manifestations d’opposition pourraient s’avérer des manières d’éviter des situations anxiogènes. Il est donc important d’outiller les enfants afin de les aider à mieux communiquer leurs besoins et gérer leur anxiété.

L’anxiété de performance fait référence à la peur de l’enfant de commettre des erreurs en situation de performance et d’évaluation. Cette peur faire vivre beaucoup d’inconfort à l’enfant. Par exemple, certains enfants se dévaloriseront suite à une erreur commise ou figeront devant l’activité à effectuer. D’autres enfants chercheront à tout prix à éviter de se rendre à l’école la journée d’un examen en se plaignant de maux de ventre. Il est important d’outiller les enfants afin de les aider à mieux communiquer leurs besoins et gérer l’anxiété de performance.

L’autonomie permet à un enfant de se débrouiller au quotidien, de devenir de plus en plus indépendant et de pouvoir prendre ses propres décisions. Cependant, il n’est pas rare que des enfants éprouveront de la difficulté à se planifier et être autonome dans les routines ou tâches demandées. Ce phénomène peut se produire tant à l’école qu’à la maison. Face à constat, certains parents auront tendance à répéter ou faire constamment des rappels à l’enfant pour l’amener à accomplir l’action demandée. Pour d’autres cas, la faible autonomie de l’enfant peut engendrer des conflits au sein la relation avec l’enfant. Par conséquent, il est important de fournir des outils et moyens concrets à l’enfant et le supporter dans le développement de son autonomie dans les différentes sphères de sa vie.

Les relations entre frères et sœurs ne riment pas toujours avec harmonie. Il n’est pas rare que les parents consultent pour les rivalités ou conflits au sein de la fratrie. On ne sait pas toujours comment améliorer les relations entre eux. Dans certains cas, cette tension est simplement liée à la personnalité des enfants. D’autres fois, l’enjeu concerne l’amour et l’attention des parents. Par exemple, un enfant a l’impression qu’on l’aime moins ou qu’on le privilégie moins que son frère ou sa sœur. Quelle que soit la source de cette discorde, il faut essayer de l’identifier et accompagner les enfants pour qu’ils soient capables de s’entendre.

Les enfants qui sont souvent aux prises avec des difficultés émotionnelles, relationnelles et comportementales peuvent mettre la patience de l’adulte à l’épreuve. Plusieurs comportements et styles d’interactions peuvent fait vivre des émotions chez l’adulte et l’enfant qui sont difficiles à gérer. Certains parents vivent de colère, culpabilité ou de la honte. Pour d’autres, cela les amènera à vivre un sentiment de compétence diminué. De ce fait, la relation entre le parent et l’enfant en est généralement affecté. Il n’est pas rare que cette relation difficile génère de nouvelles difficultés et enjeux chez l’enfant. Les parents ont souvent besoin d’outil afin d’avoir une meilleure compréhension des comportements de leur enfant. Cela leur permet de mieux accompagner leur enfant selon ses besoins et de reconstruire la relation pas à pas.

L’estime de soi correspond à l’image qu’un enfant à de lui-même. C’est la conscience de sa valeur personnelle, ses forces et ses limites et, donc, avoir une vision réaliste de soi-même. Cependant, il est important de comprendre que l’estime correspond à un travail d’une vie. Elle se construit avec l’entraînement et l’expérience. Pourtant, certains enfants ont tendance à se dévaloriser ou décourager rapidement puisque tous leurs semble insurmontable. Par exemple, ils peuvent s’attribuer des phrases dévalorisantes et ne pas croire en leurs moyens quand ils vivent des difficultés. D’autres peuvent simplement éviter toute situation où ils risqueraient de vivre un échec. De ce fait, il est important de comprendre les causes cette perception négative d’eux-mêmes et les outiller pour rehausser leur sentiment de compétence personnelle.

Certains enfants peuvent être particulièrement inefficaces dans leur façon de communiquer leurs émotions, désirs et besoins. Leurs émotions et expériences internes sont plus souvent exprimées par des comportements ou crises plutôt que par des mots. Les déclencheurs peuvent parfois être multiples ce qui rend difficile d’en comprendre la raison. Certains comportements ou crises sont toutefois des façades qui cachent des besoins non répondus ou des émotions reliés à des enjeux qui ne sont pas toujours tangible. Des outils concrets peuvent permettre aux parents et enfants d’apprendre à mieux gérer ce type de situation. Il est également important de fournir à l’enfant des moyens pour mieux gérer ses émotions.

La socialisation chez l’enfant est au cœur même de la construction de son identité, laquelle s’élabore, se bonifie et se raffine toute la vie durant. Lorsqu’un enfant découvre qu’il est capable de socialiser, de régler des conflits et d’apprendre de nouvelles choses, il est heureux, car il se sent fier et confiant. Dans chaque famille et chaque milieu éducatif, il existe des conflits et des chicanes. Par exemple, les crises sont pour les enfants une façon d’exprimer des besoins ou s’affirmer. Parfois, il s’agit d’un comportement d’autoprotection devant la frustration. De ce fait, il arrive que certains enfants éprouvent de la difficulté à s’affirmer adéquatement ou résoudre pacifiquement leurs conflits. Pour d’autres enfants, ils auront de la difficulté à s’intégrer à un groupe ou se faire des amis. Les enfants ont besoin d’outils et d’adulte pour les accompagner à développer leurs habiletés sociales.

La garderie ou l’école est une source de motivation positive pour plusieurs enfants. Cependant, cette affirmation n’est pas véridique pour tous. Certains enfants éprouvent des difficultés d’apprentissages qui minent leur confiance en soi. Pour d’autres enfants, la relation avec son éducatrice ou le personnel scolaire est plus difficile. Ces types de scénarios engendrent toute sorte de défis tant à la maison qu’à l’école. Face à ce constat, les parents se sentent souvent dépassés et impuissants, ne sachant pas comment accompagner leur enfant. Le support d’un psychoéducateur peut vous aider à saisir les besoins de l’enfant en termes d’accompagnement en CPE ou milieu scolaire. Le psychoéducateur peut également aider les parents à développer un partenariat avec l’établissement que l’enfant fréquente. Il est important de favoriser une lecture commune des besoins de l’enfant et travailler tous ensemble pour mieux accompagner l’enfant à surmonter ses défis quotidiens.

Il faut d’abord savoir que l’opposition est une phase normale, saine et même souhaitable dans le développement d’un enfant. Il s’agit d’une façon de lui permettre d’affirmer son individualité. Cette phase doit cependant s’estomper et l’enfant doit revenir en harmonie avec ses parents. Cette harmonisation doit se faire par une approche des deux côtés. Les parents doivent reconnaître l’individualité de leur enfant et l’enfant quant à lui doit réaliser que ses parents lui imposent un cadre qui doit être maintenu, et ce, pour sa propre sécurité. Cette recherche d’équilibre est souvent difficile à établir. De ce fait, il est important de comprendre la fonction de l’opposition chez l’enfant et outiller les parents afin de rétablir une relation harmonieuse à la maison.

Faire une demande de suivi

Pour effectuer une demande de suivi en psychoéducation, il est important de remplir le formulaire ci-dessous. Un courriel vous sera automatiquement acheminé pour confirmer l’inscription de votre demande à la liste d’attente. Un contact téléphonique sera uniquement effectué au moment d’amorcer le suivi en psychoéducation. Le délai d’attente est inscrit plus bas. Il est important de bien détaillé la section «Motif de consultation».

 

Si nous constatons que votre demande ne correspond pas aux services offerts en psychoéducation, un courriel vos sera acheminé afin de vous orienter vers les bons services. Veuillez prendre note que toutes les nouvelles demandes sont analysés dans un délai de 1 semaine.

 

Prendre note que le service de psychoéducation rendu à un particulier est une fourniture de service taxable par le gouvernement du Québec. Le prix indiqué ci-dessous inclus les taxes

 

 


Délai d'attente

Environ 5 mois


Coûts

rencontre initiale 150$ et rencontre de suivi 100$/h